Le lac de Biarritz

 

Certaines fois, à l'entrée de la nuit, le seigneur et saint Pierre, par là quelque part, du coté de la négresse, à Biarritz, toc, toc, toc, fappèrent à la porte d'une pauvre maison et ils demandèrent le logement pour la nuit. Certes on les accueillerait; et on les fit entrer. Le seigneur Jésus demanda s'ils pouvaient avoir à manger, ne serait-ce qu'une bouchée. Et ces pauvres gens lui avouèrent qu'ils n'avaient rien à donner.
" Fouillez dans la huche à pain.
" Bien volontiers, seigneur. Mais hélas ! nous savons à quoi nous en tenir sur notre huche à pain. Voyez..."
Et ces gens demeurèrent stupéfaits: ils voyaient la huche... bondée de pains jusqu'au bord... Ils tombèrent à genoux devant le seigneur Jésus. Et le seigneur Jésus, alors, demanda s'ils pouvaient avoir un lit, car ils étaient bien fatigués tous les deux.
" Un lit, oui, de très grand coeur.... mais, nous n'aurions pas de draps à vous donner.
" Voyez encore une fois.
" Oh ! seigneur, nous savons bien le compte de nos draps.
" Voyez tout de même..."
Et ou il ne devait pas y en avoir un seul, ils découvrirent des draps en quantité. Les pauvres gens en demeuraient tremblants. le seigneur Jésus leur dit alors:
" Nous avions frappé à toutes les maisons du voisinage, demandant le gîte pour la nuit... personne ne nous l'a offert que vous. Cette nuit, vous entendrez bien du bruit; ne vous en effrayez pas du tout. Nous serons là pour vous protéger".
Et ils s'en allèrent tous au lit... Le lendemain, emportées par les eaux, toutes les maisons du voisinage avaient disparu, et disparu également tous leurs habitants. La maison qui avait recueilli le seigneur Jésus et saint Pierre fut la seule à demeurer debout.... S'il vous arrive d'aller jamais du coté de la négresse, vous la verrez encore là-bas, au bord du grand lac crée par la pluie, durant cette nuit terrible.

[ retour ]